Bonjour,

Vous avez dans l'ordre : ci-dessous deux liens qui expliquent de quoi il s'agit, et à droite, le diaporama. Il est intitulé : Narbonne nucléaire.

Le lien explicatif de sortir du nucléaire.org

Nucléaire, risque majeur en Europe

Ici, un autre lien, avec photos et vidéo

Une BD que j'ai beaucoup aimée

Les premiers soutiens de l'inculpée arrivent. Après une attente patiente, on rentre dans le tribunal. Il faut montrer ce qu'on a dans les poches, mais c'est bon enfant. Au début, je suis au fond. J'ai du mal à suivre ce qui se dit. Très vite, une personne s'en va. Elle est tout à fait devant. J'en profite.

Ce qui se discute d'abord, est un fait divers. L'avocate commence sa plaidoirie par la chanson de Brassens : l'Auvergnat : toi qui m'a donné quatre bouts de bois quant dans ma vie il faisait froid. Elle continue en disant que l'accusé qu'elle défend n'a rien volé, puisque ce bois n'était pas entreposé sur le terrain du plaignant, mais sur celui de l'élagueur qui a coupé ce bois, et qu'il était destiné à la déchetterie.

L'affaire suivante nous donne à connaître un grand gaillard, très costaud, qui filait des baffes à sa femme, et aussi ... aux policiers. On le plaint. Comment en est-il venu là ? Le procureur nous dit que 30 % des affaires des TGI en France sont dues à l'alcool. L'accusé a été testé positif à 1.16 g d'alcool / litre de sang deux heures après les faits, et il n'a pas d'avocat. Le président essaie de le rassurer en lui disant qu'il ne mettra que du sursis, mais qu'il devra quand même prouver qu'il continue à se soigner, et dédommager ses victimes. Il lui conseille enfin, de se faire aider pour obtenir un avocat d'office.

Pause

Maintenant, c'est à "nous". En fait, je suis curieux de ce jugement, et je m'y associe. L'accusée a bloqué un camion de déchets nucléaires avec sa "camionnette". La scène a été filmée. Le procureur l'accuse d'avoir roulé à gauche. On le voit venir, avec ses suppressions de points et l'amende "qui va bien"

Trois excellents intervenants, un pour les mairies qui ne sont même pas prévenues de ces convois, et ne peuvent donc assurer la sécurité des populations dont ils ont la charge. Un autre pour la CRIRAD, qui démontre combien ces convois sont dangereux, et un autre qui m'a paru excellent, mais plus généraliste et dont j'ai oublié les propos. L'avocat a bien plaidé aussi. On sent que l'accusée va bientôt sourire.

Pause déjeuner

C'est après le déjeuner que le verdict a été rendu : 90 € d'amende et 6 points retirés au permis. C'est peu, en regard des risques que ce genre d'action fait encourir. Les militants sont contents, d'autant que le président du tribunal et même le procureur, reconnaissent le sens des responsabilités des anti nucléaires. C'est rassurant.

TGI de Narbonne002